Acheter sa résidence secondaire en Espagne, un rêve accessible.
Acheter sa résidence secondaire en Espagne, un rêve accessible.
24/09/2014

Vous y étiez ?

Le tout premier salon de l’immobilier et du tourisme espagnol a ouvert ses portes du 19 au 21 septembre à la porte de Versailles à Paris. De quoi donner des idées au retour des vacances.

Acheter sa résidence secondaire en Espagne, un rêve accessible.

Soleil quasi permanent, tapas à petits prix, cités historiques, mer chaude et cultures semblables… L’Espagne est la première destination touristique des Français, après la France elle-même, et ça se comprend. "C’est un pays dans lequel les Français aiment non seulement passer des vacances mais aussi vivre", affirme José Miguel Garcia, président de la Chambre Officielle de Commerce d’Espagne en France (COCEF). En effet, avec 10 % des investissements étrangers, les Français se positionnent à la deuxième place des acheteurs en Espagne. Qu’ils soient résidents ou non, ils ont acquis 7.012 logements en 2013, ce qui représente une hausse de 52 % par rapport à l’année précédente selon le Conseil Général du Notariat espagnol.

Alors, la COCEF et ses partenaires, le CIC Iberbanco et l’entreprise française Expo 21, ont eu l’idée d’allier les deux secteurs dans un même événement. Pour la première fois, la porte de Versailles, à Paris, a accueilli le salon de l’immobilier et du tourisme espagnol du 19 au 21 septembre. Ce projet, José Miguel Gracia l’a imaginé un peu avant sa nomination en mars 2013.

"Les Français ont déjà l’habitude d’acheter des biens immobiliers en Espagne mais ce salon favorisera la rencontre entre promoteurs espagnols et clients français. Il vise aussi à les rassurer, à les accompagner", explique le président de la COCEF.

70 exposants et 10.000 visiteurs étaient attendus

Le salon fut rythmé par plusieurs conférences d’experts. Elles porteraient notamment sur les aspects juridiques et fiscaux de l’achat immobilier en Espagne, la situation économique du pays et les solutions de financements d’un bien. Le salon devait accueillir 70 exposants, mêlant promoteurs, agents immobiliers et consultants.

Plus de 10.000 visiteurs étaient attendus, dont les professionnels du secteur, mais aussi des investisseurs, des retraités et de simples touristes. Attention toutefois, l’objectif de ce salon n’etait pas de présenter des biens au rabais.

"Ce n’est pas le salon de la braderie immobilière ! Les prix ne vont pas baisser davantage, ils sont déjà au plus bas. C’est un moment historique pour acheter", souligne José Miguel Garrido, président du directoire du CIC Iberbanco.

Particularités de l’achat en Espagne

Des prix inférieurs de 35 %

Les écarts de prix sont importants entre la France et l’Espagne : dans le neuf, le prix au mètre carré est inférieur de 35 %. Francisco Esteban Sánchez, avocat aux barreaux de Paris et Barcelone, témoigne de l’engouement de ses clients français sur certaines transactions qu’il a effectuées. Récemment, il a accompagné l’achat d’un appartement à Barcelone de 40 m², avec une terrasse de 12 m² pour… 125.000 euros ! Un appartement de 60 m², dans un très bon quartier central de la ville, peut quant à lui atteindre 300.000 euros. Dans le centre-ville de Madrid, une propriété de 110 m² avec 50 m² de terrasse est à 680.000 euros. Même dans ce cas, les prix sont incomparables avec ceux de Paris.

De plus en plus d'étrangers décident d'investir en Espagne, et notamment sur la Costa Brava (baie de Rosas, Empuriabrava, Santa Margarita).

De quoi faire naître, peut-être, un "Spanish dream".

 

(Article paru dans Le Nouvel Observateur)